Rechercher
Add to Netvibes Subscribe in NewsGator Online      
logo rss
logo youvox
devenez rédacteurs
A la une
A la une

Club Internet : l’IPTV arrive bien tardivement

Partagez cet article  ›› 
samedi 7 avril 2007, par André Tonic
imprimer article 

Fin 2004, Club Internet accusait un vrai retard au niveau de son parc d’abonnés haut débit ADSL avec seulement 210 000 clients sur un total national de 6,1 millions. Fin 2006, le parc français a doublé avec 12 millions d’abonnés ADSL et la filiale de l’opérateur allemand a réussi à tripler son parc avec 600 000 clients. Sa part de marché est donc passée de 3,45 % à 5 %. Tout acteur s’enorgueillirait de cette belle performance, surtout dans l’environnement ultra-concurrentiel qu’est devenu le marché français. Malheureusement, il est trop tard…

Ce sursaut n’a en effet pas été suffisant pour éviter de payer les frais du recentrage de la maison mère du FAI français. Comme l’a récemment déclaré Marie-Christine Levet au Journal Du Net, « La décision de Deutsche Telekom de se séparer de ses activités haut débit à l’international, Club Internet en France mais également Ya.com en Espagne et six autres filiales, est motivée principalement par un repositionnement stratégique du groupe sur le mobile, dans les pays à forte marge de croissance ». Cette déclaration très pudique, très politiquement correcte, n’empêchera pas les quelques 600 salariés avec qui l’on est « en bonne compagnie », comme le souligne le récent motto de la société, de trouver la pilule amère.

Mais, dans le même temps, le marché a considérablement changé au gré des regroupements (AOL et Cegetel avec Neuf Télécom, Télé2 avec SFR, Tiscali avec Télécom Italia) et de l’arrivée de nouveaux entrants tels que Darty. D’autre part, la taille critique d’un intervenant sur ce marché semble se situer au-delà des 2 millions de clients, ce qui place également « la belle Alice » et son actionnaire principal italien devant un cruel dilemme : continuer à surinvestir dans la communication ou vendre maintenant ses quelques 800 000 abonnés haut débit acquis en deux ans.

Au-delà de cette brutalité toute capitalistique, il faut tout de même se pencher sur la composante IPTV de l’offre CI3. Lancée très tardivement en août 2006, elle a quand même conquis plus de 70 000 abonnés à date, ce qui, en un peu plus de 7 mois, est une très belle performance. Pour rappel, France Télécom avec sa puissance de frappe n’en avait conquis que 53 000 avec TPSL à la fin de l’année 2004, soit en 12 mois… Même si à cette époque le marché n’était pas pleinement éduqué, la performance de Club Internet reste très appréciable et ceci est largement dû à la technologie choisie.

Des fonctionnalités originales

Il faut bien avouer que les aficionados du secteur n’y croyaient plus* : Microsoft qui, enfin, avait livré une version exploitable de Microsoft TV ! Et c’est bien cette dernière livraison du géant des logiciels que Club Internet a choisi en 2005 pour développer sa propre composante d’IPTV. En effet, sans cesse annoncé mais maintes fois repoussé, ce middleware dédié à la télévision interactive n’en finissait plus de pointer le bout de son nez sans jamais se révéler. Club Internet a, de fait, été le premier FAI au Monde à lancer une version commerciale de cet environnement. A contre-courant des autres fournisseurs d’accès qui ont choisi, bien plus tôt, d’utiliser des technologies plus classiques et éprouvées, le FAI du 19ème arrondissement parisien a finalement pris un gros risque. Pas tant en terme de fonctionnalités comme nous allons le détailler, mais en terme de « Time To Market ». En effet, celui-ci a été mal évalué et cela a abouti à lancer l’offre 3-play la plus tardive des opérateurs historiques français. Mais la belle équipe opérationnelle de Club Internet peut au moins se rassurer sur le fait que son offre est vraiment de toute beauté. Que l’on en juge :

- Un graphisme de qualité. Vous pouvez le constater sur la capture d’écran ci-dessus, les designers ont vraiment passé du temps à peaufiner l’Interface Homme-Machine qui est très agréable à regarder. Des couleurs vives, un texte bien proportionné, des choix clairs, bref une IHM comme l’on aimerait en voir plus souvent.

- Un zapping rapide. Passer d’une chaîne à l’autre est l’un des critères les plus marquants en terme d’usage quotidien, surtout quand l’on dispose de 150 canaux. La télévision analogique nous a donné, sur ce point, de très « mauvaises habitudes » et il est vraiment insupportable d’attendre plus de 3 secondes avant de passer à une autre chaîne. C’est pourtant ce qu’il fallait attendre avec les premières versions d’IPTV… Ici, ce délai est inférieur à une seconde.

- Des fonctionnalités liées au « live » bien intégrées. D’autres offres sur le marché proposent également tout ou partie de ces caractéristiques mais les fonctionnalités comme le guide des programmes interactif sur 14 jours, le contrôle du direct, le moteur de recherche ou le contrôle des achats sont facilement utilisables.

- Le PVR contrôlé à distance. Club Internet, tout comme notre voisin Swisscom, lance fin avril une fonctionnalité permettant de programmer son PVR à distance, via le Web. Pratique quand l’on a oublié de le faire la veille et que l’on s’en rend compte au bureau !

- La VOD « à toutes les sauces ». Rien d’original, maintenant, d’offrir une offre VOD mais le FAI surenchérit en amenant le concept de SVOD (Subscription Video On Demand) et de « catch-up TV ». La VOD par abonnement permet actuellement de bénéficier de 4 catalogues « jeunesse », renouvelés tous les mois, de plus de 50 heures de programmation chacun ; le second concept permet de voir ou de revoir des épisodes de séries ou d’émissions que vous n’avez pas pu regarder lors de leur passage initial.

Tout est donc fait pour que les horaires fixés par la télévision traditionnelle ne soient plus une contrainte. L’usager « fait » sa télé…

Du téléspectateur au téléspect’acteur

Ipsos a d’ailleurs été récemment mandaté par Club Internet pour vérifier ses intuitions sur "la meilleure maîtrise de l’usage" des abonnés CI3. Pour ce faire, un peu moins de 1 900 personnes ont été sondées dont un peu plus de 42 % sont abonnés à l’offre Club, le reste du panel regardant l’IPTV via l’offre d’un autre FAI du marché. Le graphique ci-dessus vous permet de quantifier l’impact de la meilleure utilisation des fonctionnalités avancées d’une Set Top Box. Au-delà de la publicité de Club Internet centrée sur les fonctions PVR ou Time Shifting (cf. les frères Bogdanoff à la télé ;-)), ceci tendrait à prouver que l’ergonomie Microsoft a encore « frappé » ! Décidément, la firme de Redmond resterait-t-elle incontournable ?

La bataille pour devenir le coeur numérique de la maison

Microsoft, Sony, Orange, Apple, Free ou autres Neuf Télécom... Tous veulent fournir ce fameux "hub" numérique qui symbolise la convergence et Club Internet ne fait pas exception à la règle. La PS3 intégre un lecteur "Blu Ray" qui permet de lire des DVD HD, la console de jeu XBox a un disque dur et se connecte sur Internet, la LiveBox permet de visionner ses photos numériques, Free livre un PVR pour enregistrer ses émissions préférées, la NeufBox permet de téléphoner gratuitement en VOIP à partir de son mobile Twin, etc. Tous ces acteurs traditionnels de l’électronique grand public et du monde des télécommunications se battent pour occuper cette place de choix, le centre de notre salon, qui va leur permettre de s’implanter durablement au coeur de notre vie quotidienne, désormais de plus en plus numérique.

La disparition progressive des fils (avec des solutions Wi-Fi, Bluetooth ou encore CPL via le réseau électrique domestique), la puissance de calcul des processeurs et les capacités de stockage en augmentation constante, l’avénement de l’Internet haut-débit et l’arrivée des grands écrans plats ont permis à la domotique d’émerger après de longues années de "galère" et de fausses promesses. Maintenant, cette notion recouvre tout ce qui a trait à la communication et aux nouvelles technologies dans la maison. De fait, il paraît maintenant assez naturel de surveiller son intérieur via une Webcam connectée sur Internet, de programmer à distance son chauffage ou le film du soir sur son PVR via le Web, de commander une VOD sur sa Set Top Box plutôt que d’aller chercher un DVD ; sont également déjà commercialisés les réfrigérateurs intelligents qui permettent de commander automatiquement les denrées manquantes ou les robots qui font le ménage à votre place. Toutes ces applications ont besoin d’un point nodal connecté à Internet qui permet de rester d’un côté connecté au monde extérieur et, de l’autre, de constituer un support de stockage vaste et inaltérable destiné aux jeux, à ses photos, à ses documents personnels.

Un bel exemple nous est donné par Orb Networks qui a permis à un simple PC de devenir un "coeur numérique communicant", à moindre coût. Cette société californienne, dirigée par un français, "libére nos médias" en transformant le PC en "serveur de diffusion personnel". Il suffit qu’il soit connecté à Internet, qu’un logiciel fourni par Orb soit installé et vous êtes prêt à "mycaster" : vous pouvez alors bénéficier de vos contenus à partir de tout mobile/PDA 3G ou d’un PC portable connecté à une borne wi-fi, n’importe où dans le Monde. Mais ne vous inquiétez pas, pour tous les réfractaires au PC, le Mediacenter qui saura absolument tout faire arrive bientôt, à en croire tous nos fournisseurs préférés ;-)

La TV est morte… Vive la télé !

Pour finir, prenons un peu de hauteur avec le sociologue Gérard Mermet, invité à la conférence de presse Club Internet du 4 avril. Il a délivré une intéressante analyse sur la nouvelle façon de consommer la télévision. D’après lui, les cinq révolutions suivantes débouchent sur l’émancipation du téléspectateur qui façonne littéralement sa TV :

- Les équipements se sont multipliés : téléviseurs, home cinéma, magnétoscopes, caméscopes, consoles de jeux, lecteurs de DVD, ordinateurs, téléphones portables, adaptateurs TNT, lecteurs vidéos, etc.

- De nombreux supports : cassette VHS, CD, DVD, blu-ray, HD-DVD, cartes mémoire, disques durs…

- Le multi-canal : TV hertzienne, câble, satellite, IPTV, téléphonie 3G et bientôt DVB-H, fibre optique.

- Des contenus multimédia : chaînes généralistes, thématiques, locales ; Web TV, vidéocasts, VOD ; contenus personnels ou collaboratifs.

- Des usages très diversifiés : tous contenus, toutes sources, tous supports, tous moments, tous lieux, tous équipements, tous stockages.

En parallèle, nous vivons une mutation en profondeur de notre Société via des changements très rapides tant d’un point de vue technologique (« tout numérique »), que sociétal (passage à l’euro, mondialisation, changement de millénaire) ou environnemental (effet de serre, phénomènes climatiques erratiques). Il en découle une individualisation et une féminisation de la Société en même temps que sa globalisation et un réel besoin de participation de la part de l’individu. La consommation participative devient donc une réalité (le fameux « C to C » avec des sites comme shopreflex.com) et la télévision n’y échappe pas avec des contenus personnels qui déferlent sur « le poste », à l’image des deux partenariats passés par Club Internet avec Kewego et Eyeka qui vont mettre à disposition des contenus UGC (User Generated Content) dans l’espace VOD.

Le sociologue a également évoqué le nouveau paradigme du petit écran, la convergence globale, qui permettra de recevoir des images mais également d’en émettre et d’interagir (notre J2M national a eu décidément raison trop tôt…). La TV devient alors "personnelle" après avoir été "à la demande", suivant en ceci son cousin le micro-ordinateur. Finalement, on ressort rassuré de la salle en se disant que depuis de nombreuses années, on parle déjà de ces évolutions. Comme quoi, chaque chose en son temps ;-)

En conclusion, les ruptures technologiques nous montrent qu’il n’est pas bon d’avoir raison trop tôt mais que l’inverse est tout aussi vrai. Espérons que la société qui rachètera Club Internet dans les mois qui viennent saura conserver cette belle offre et la faire évoluer pour qu’elle reste au niveau de ses compétiteurs. En effet, il n’est pas saugrenu de penser que l’un de ses concurrents réagisse rapidement…


*MSTV, 10 ans d’effort :
- Avril 1996 : des câblo-opérateurs à travers le Monde annoncent leur intention d’utiliser les solutions Microsoft pour leur réseau haut-débit
- Avril 1997 : Microsoft acquiert WebTV Networks
- Mi-1999 : 1ère version de Microsoft TV
- 2000 : la division Microsoft TV est créée
- Décembre 2000 : Thomson Multimedia commercialise un téléviseur dôté de fonctions interactives, sur un "coeur" Microsoft
- Mai 2002 : Microsoft introduit un nouvel EPG
- Juillet 2003 : Comcast teste Microsoft TV
- Septembre 2004 : Télécom Italia teste Microsoft TV
- Juin 2005 : T-Online France teste Microsoft TV
- 2ème semestre 2006 : lancements commerciaux pour Club Internet, Swisscom, Magyar Telekom, BT, Slovak Telekom
- Février 2007 : lancements commerciaux pour TDC Denmark, At&T aux USA

Articles en relation :

- La télévision par ADSL, un sentiment d’inachevé

- L’IPTV enrichit l’expérience du téléspectateur

- IDATE : les espoirs de la TV 2.0

- FAI : après une vente de Club Internet, une fusion SFR Neuf Cegetel est-elle possible ?

samedi 7 avril 2007, par André Tonic
imprimer article  Autres articles de André Tonic | Mots-clés |

Sur le thème : Orange

Bouygues Telecom prépare le lancement de sa Bbox, interview vidéo et décryptage le 15 septembre 2008:
L’opérateur éponyme présentait ce matin à la presse sa set top box ADSL fabriquée par Thomson et devant lui permettre d’entrer sur le marché de la fourniture d’accès à Internet. Cela fait de long mois (...)

Matignon envisage une division en plusieurs lots de la 4ème licence 3G, du bon et du mauvais le 30 avril 2008:
Alors que le dossier devient de plus en plus urgent, à la fois pour garantir l’émergence d’une 4ème offre mobile, et pour satisfaire à la convergence des services multiplay, le dossier patine. Les (...)

Free, Numéricâble, Bouygues Telecom : 2008 l’année de tous les dangers face à Orange et SFR Neuf le 20 février 2008:
L’arrivée récente de Carlyle, au coté de Cinven et d’Altice, dans le capital de Numéricâble, relance le jeu auquel ce livre les acteurs restants de la concentration déjà amorcée dans la convergence fixe (...)

France Télécom termine en fanfare une bonne année 2007 le 18 février 2008:
La société est de plus en plus clairement une option défensive parmi les plus convaincantes de la place de Paris. La société a dégagé en 2007 un chiffre d’affaires de 52 959 millions d’euros et un (...)

Le rachat de Neuf Cegetel par SFR est engagé, analyse des conséquences le 18 décembre 2007:
L’annonce, confirmée ce matin par un bref communiqué de presse de Neuf, de négociation entre ses actionnaires est assez révélatrice de l’importance de cette nouvelle consolidation. C’est néanmoins sans (...)

0 | 5

Réagir à cet article

bouton radio modere priori

Ce forum est modéré à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Un message, un commentaire ?
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

    texte
Qui êtes-vous ?

youvox
Add to Netvibes Subscribe in NewsGator Online
   

http://www.tech.youvox.fr est motorisé par spip 3.0.17 [21515]. Creations sites internet Rizom