Rechercher
Add to Netvibes Subscribe in NewsGator Online      
logo rss
logo youvox
devenez rédacteurs
A la une
A la une

Les faux semblants de Quaero

Partagez cet article  ›› 
mercredi 23 avril 2008, par Olivier Ezratty
imprimer article 

Depuis le déblocage du dossier du financement public français de Quaero par la Commission Européenne le 11 mars 2008 dernier (annonce ici), on entend à nouveau parler de Quaero. Ce financement est de 99m€, un peu plus que ce qui avait été initialement annoncé en 2006. Le programme coutera 199m€ sur 5 ans sachant que l’Etat en finance la moitié. En été 2007, la Commission Européenne avait également autorisé le gouvernement allemand à subventionner à hauteur de 120m€ leur projet THESEUS, qui est une sorte de “spin-off” de Quaero.

Le projet Quero a été compris comme un “moteur de recherche français” construit de toutes pièces. Il a été abondamment critiqué car voué à l’échec. Il aura certainement du plomb dans l’aile, mais pas pour les raisons généralement avancées.

Nous allons creuser la question en nous appuyant sur les informations récemment rendues publiques au sujet de Quaero.

Un faux projet

En effet, Quaero n’est tout simplement pas un projet ! C’est plutôt une sorte de pôle de compétitivité déguisé de la recherche Internet, sans attache géographique particulière puisque les entreprises concernées sont disséminées en France, et quelques unes en Allemagne. Comme dans un pôle de compétitivité, on distribue des subventions à différentes structures (entreprises, laboratoires de recherche publics et privés) et on tente de les faire travailler ensemble. Libre à elles ensuite de créer des produits et de les commercialiser. C’est l’esprit qui est derrière Quaero, bien décrit dans l’article correspondant de Wikipedia.

Contrairement aux volontés affichées par Jacques Chirac en 2005 et 2006, l’Etat s’est donc bien gardé de se mêler de stratégie industrielle dans la mise en oeuvre de cette priorité inscrite dans l’agenda de feu l’Agence de l’Innovation Industrielle créée en août 2005. Quaero est l’un des projets définis en avril 2006, parmi 16 au total. L’AII a été intégrée en début d’année 2008 dans le périmètre d’Oséo. En effet, la mission d’Oséo est de distribuer prêts et subventions pour faire éclore des innovations. La fusion des deux agences était parfaitement censée pour réduire le nombre d’organismes public de financement de l’innovation. Une bonne approche de défragmentation de l’Etat que j’avais eu l’occasion de décrire et encourager il y a un an avant l’élection présidentielle dans l’essai “Trop d’Etat - Oui mais où ça ?“.

Avec Quaero, l’Etat a fait initialement croire à une grande vision, alors que l’on n’a fait que distribuer des subventions de RD, comme d’habitude. C’est écrit dans les textes ! Prenons ainsi le communiqué de presse de la Commission Européenne. On y trouve la structure de Quaero qui…

se concentrera sur les technologies du traitement automatique de la parole, du langage, de la musique, de l’image et de la vidéo. QUAERO élaborera des solutions nouvelles ou aux performances fortement accrues pour la recherche automatique et l’interprétation d’informations numériques multimédias et multilingues sous divers formats.

Le programme est coordonné par le groupe Thomson, acteur mondial des technologies de l’image dont plusieurs filiales françaises et allemandes collaborent avec 22 autres partenaires. Grâce à QUAERO, Thomson enrichira à terme son offre commerciale pour les plateformes de distribution de contenus audiovisuels sur protocole Internet (télévision sur IP, vidéo à la demande, etc.) et pour les systèmes de gestion de contenus multimédia numériques. La clientèle visée par Thomson se compose notamment des opérateurs de réseaux IP, des diffuseurs de contenus et des studios de production cinématographique. […]

Le plus drôle, c’est qu’il existe un http://www.quaero.com/ mais il appartient à une société américaine de services marketing qui existe au moins depuis début 2005, soit avant la création de l’AII. Personne n’a visiblement vérifié la disponibilité du nom de domaine Quaero quand le projet a été lancé ! Même si ce n’était peut-être pas destiné à être une marque commerciale, cela fait désordre ! C’est sur http://www.quaero.fr que l’on trouve de l’information sur Quaero, sur un site tout frais créé il y a quelques semaines. On y trouve enfin la liste des sociétés intégrées dans le programme et, transparence oblige, le montant des subventions par bénéficiaire. Pendant trois ans, il n’y avait aucun site web public d’information sur Quaero !

Les domaines couverts par Quaero

Les programmes de recherche financés par Quaero couvrent cinq domaines applicatifs dont deux auront des débouchés pratiques dans l’Internet grand public et les trois autres, plutôt dans des applications professionnelles :

- La recherche de contenus multimédias sur Internet (piloté par Exalead). C’est la composante la plus grand public de Quaero, celle qui fait penser à la bataille “contre Google”. A l’origine, Quaero était en effet positionné comme orienté sur la recherche de contenus multimédias sur Internet, manière de chevaucher une nouvelle rupture de l’Internet. En 2005, c’était presque visionnaire. YouTube venait de démarrer et de commencer à monter en puissance. Mais depuis… il a été acquis par Google !
- La sélection et la diffusion personnalisée de vidéos (piloté par France Telecom) qui semble-t-il vise les nouvelles interfaces de set-top-box pour consommer la télévision numérique. C’est un sujet très intéressant, mais très différent de la notion classique de moteur de recherche. Le domaine du middleware pour set-top-box est encore assez mouvant (voir “La bulle des set-top-boxes“). La numérisation et le passage progressif par Internet de la diffusion de la télévision est une véritable rupture technologique. Mais France Telecom est plus un opérateur de service qu’un fournisseur de technologie. Donc, pas sûr que l’on arrose au bon endroit !
- L’enrichissement des services d’accès aux contenus audiovisuels sur les portails (piloté par Thomson et l’INA). L’aboutissement potentiel semble être des logiciels de gestion de contenus pour les professionnels. On est encore loin des moteurs de recherche.
- La gestion de ressources audiovisuelles professionnelles (piloté par Thomson), encore une application professionnelle.
- La numérisation et enrichissement des contenus des bibliothèques, du patrimoine audiovisuel et de l’édition scientifique (piloté par Jouve). On est quasiment dans la gestion documentaire, et donc toujours dans les applications professionnelles. Le site de Quaero présente ce tableau de synthèse qui permet d’identifier les entreprises et laboratoires associées à ces cinq branches :

<IMG style="BORDER-TOP-WIDTH: 0px; BORDER-LEFT-WIDTH: 0px; BORDER-BOTTOM-WIDTH: 0px; BORDER-RIGHT-WIDTH: 0px" height=374 alt=Quaero1 src="http://www.oezratty.net/wordpress/wp-content/quaero1-thumb.jpg" width=371 border=0>

Les PME bénéficiaires des subventions de Quaero ne sont pas bien connues du grand public car elles sont plutôt fournisseurs de logiciels ou services professionnels, et sont pour la plupart assez anciennes (au moins 10 à 15 ans d’existence) :

- Jouve est un spécialiste français de la gestion d’information et documentaire, sous traitant de longue date pour la production de documentations techniques pour des industriels comme dans l’aérospatial. La société fait plus de 1000 personnes et 100m€ de CA.
- Bertin Technologies est une société d’ingénierie et d’innovation d’environ 400 personnes et de 43m€ de CA qui travaille souvent pour le compte de tiers. Ils sont connus pour le fameux aérotrain mort-né pendant les années 1970 et ont heureusement créé plein d’innovations très spécialisées à usage industriel (télédétection de gaz par imagerie infrarouge, détection de défauts par vision artificielle, capteurs, engins de manutention sur coussins d’air).
- Synapse est une société française basée à Toulouse spécialisée dans le traitement linguistique : correction orthographique et traduction. Elle a eu Microsoft comme client pour sa suite Office.
- LTU Technologies est un éditeur de logiciel de moteur de recherche d’image français, qui appartient depuis 2005 à un groupe Japonais, Jastec.
- Vecsys est un éditeur de logiciels français spécialisé dans le traitement de la parole.Et THESEUS ? D’après le site du projet allemand :

THESEUS developed out of the Quaero initiative suggested by a German-French industry study group in April 2005. In the wake of working out the details of the individual research projects, both sides realized that different focuses had evolved. Therefore, at the request of France, the decision was made at the turn of the year 2006/2007, to continue with the two programs separately for the time being. THESEUS – as the German part has been called since – and Quaero complement one another and are closely interlinked through study groups, which meet on a regular basis. The plans are to tap joint synergy and cooperation potentials.

On apprend donc que les projets allemand et français on divergé à la demande de ces derniers ! Et que ces projets sont différents et complémentaires. En effet, la focalisation allemande porte beaucoup sur le “web sémantique” et les interfaces utilisateurs. Elle semble encore plus éloignée d’une approche grand public que l’approche française.

Les débouchés de Quaero

Selon le site de Quaero :

Le programme Quaero vise des débouchés principaux dans les secteurs grand public, culturels, scientifiques et professionnels :

- Des portails et outils de recherche et de navigation de document multimédias grand public, par exemple la recherche de podcasts, photos ou vidéo sur PC, télévision ou téléphone mobile ;
- Des outils pour la numérisation, l’enrichissement et la diffusion du patrimoine audiovisuel et des bibliothèques numériques ;
- Des solutions professionnelles intégrées de gestion de contenus audiovisuels et de métadonnées (analyse, fusion, agrégation, indexation, archivage). Pour aboutir à des innovations largement diffusées, les projets de Quaero devront être exploités par ceux des industriels impliqués qui proposent une offre complète à leurs clients, les autres étant plutôt des offreurs de “composants logiciels” (comme Vecsys, Synapse ou LTU).

Dans l’Internet, France Telecom et Exalead semblent être ceux à qui échoit cette lourde responsabilité. Exalead a une focalisation très “entreprise” qui se conçoit bien vue la concurrence dans l’Internet Grand Public. Donc, il y a fort à parier que si Quaero aura un impact, cela sera plutôt dans des applications professionnelles, ou des applications grand public exploitées par France Telecom ou des services publics (gares, aéroports, etc). Net net, le grand bénéficiaire de Quaero semble être France Telecom. Mais ce groupe de 52md€ de chiffre d’affaire avec un bénéfice net de 6,3md€ en 2007 avait-il besoin d’une subvention de 6,5m€ pour mener ces programmes de recherche ? Surtout pour améliorer les logiciels de ses set-top-boxes, en concurrence avec des opérateurs privés comme Free et NeufTelecom. Et sans approche de vente de technologie, FT n’étant pas un fournisseur de set-top-boxes (qu’il fait fabriquer par Thomson, Alcatel et d’autres) ni de middleware (qu’il achète en partie à des spécialiste).

Notons que malgré l’existence du projet Allemand THESEUS, Quaero implique bien quelques laboratoires allemands. Même si certains ont quitté Quaero depuis l’annonce de 2006 : le Laboratoire DFKI (un laboratoire de recherche allemand spécialisé dans l’intelligence artificielle), Siemens, Arvato (une filiale de Berstelmann qui propose des services de stockage de données média), Empolis (une autre filiale de Berstelmann, spécialisée dans les moteurs de recherche pour entreprise, sorte d’Exalead allemand) ainsi que Lycos Europe (un comble, une boite américaine subventionnée par la France !). Ces sociétés ont rejoint l’initiative allemande THESEUS.

La répartition des subventions

Depuis le 12 mars 2008, la répartition des subventions attribuées par Oséo (qui a intégré l’Agence de l’Innovation Industrielle) est publique :

<IMG style="BORDER-TOP-WIDTH: 0px; BORDER-LEFT-WIDTH: 0px; BORDER-BOTTOM-WIDTH: 0px; BORDER-RIGHT-WIDTH: 0px" height=328 alt=image src="http://www.oezratty.net/wordpress/wp-content/image-thumb93.png" width=341 border=0>

On constate que la répartition est assez équilibrée entre PME, grandes entreprise et laboratoires publics :

<IMG style="BORDER-RIGHT: 0px; BORDER-TOP: 0px; BORDER-LEFT: 0px; BORDER-BOTTOM: 0px" height=266 alt=image src="http://www.oezratty.net/wordpress/wp-content/image-thumb94.png" width=247 border=0>

Et on remarque que deux universités allemandes récupèrent un total de 10,2m€ sur les 99m€ de Quaero. La pareille n’est pas directement rendue par les allemands aux français dans THESEUS, autrement que par la participation pour un montant non divulgué d’une filiale de Thomson.

Mais autant il est louable de financer la recherche publique sur programmes, ainsi que des PME innovantes, autant les 38m€ distribués à France Telecom et Thomson sont largement questionnables !

Le cas d’Exalead

En mettant de côté France Telecom, le seul véritable acteur de l’Internet de la bande de Quaero semble être Exalead. Loin d’être un Google français, c’est toutefois un acteur de niche qui se porte plutôt bien. Orienté entreprise et Intranet plus que grand public et Internet, sa taille est toujours sous-critique avec une centaine d’employés. Son chiffre d’affaire 2007 a triplé à 8,3m€ par rapport aux 2,7m€ réalisés en 2006, grâce au passage de la base installée de 50 à 100 clients, pour moitié hors de France, notamment aux USA et au Royaume Uni. Exalead prévoit d’ouvrir de nouvelles filiales européennes en 2008 et d’une équipe OEM dans la Silicon Valley, en plus de ses implantations actuelles en Allemagne, aux USA, au Royaume Uni et en Italie. Pour un éditeur de logiciels d’entreprise, c’est une belle croissance.

On a vu qu’Exalead va bénéficier de la seconde plus grosse subvention Oséo de Quaero avec 9,6m€. Cela sous-entend que Quaero prévoit d’investir au moins le double en RD dans les cinq ans à venir. Compte-tenu de ce qu’un éditeur de logiciels investit en moyenne un quart de son CA en RD, cela se tient, même à chiffre d’affaire constant.

<IMG style="BORDER-RIGHT: 0px; BORDER-TOP: 0px; BORDER-LEFT: 0px; BORDER-BOTTOM: 0px" height=401 alt=Exalead1 src="http://www.oezratty.net/wordpress/wp-content/exalead1-thumb.jpg" width=418 border=0>

L’offre d’Exalead est constituée de moteurs de recherche pour les entreprises et d’un moteur de recherche grand public : http://www.exalead.fr/search.

Ce dernier moteur présente quelques caractéristiques intéressantes : le preview de sites sous forme de thumbnails (qui existe sous Firefox avec le plug-in Google Preview) et la possibilité d’affiner les recherches en sélectionnant le type de sites, d’information ou de fichiers recherchés. Cela permet par exemple d’exclure rapidement les résultats de sites de vente dans la recherche d’information sur un produit.

<IMG style="BORDER-RIGHT: 0px; BORDER-TOP: 0px; BORDER-LEFT: 0px; BORDER-BOTTOM: 0px" height=321 alt=Exalead2 src="http://www.oezratty.net/wordpress/wp-content/exalead2-thumb.jpg" width=420 border=0>

Mais ces quelques différences ne suffisent pas pour générer du trafic ! Voyons ce qu’il en est : chez Alexa (qui a tendance à mesure l’audience chez les geeks, équipés d’une barre dans leur navigateur), le trafic est très modéré. L’ “Alexa rank” qui classe les sites selon leur trafic fait apparaitre Exalead bien loin derrière les challengers de la recherche Internet que sont Lycos, Altavosta et AskJeeves, et en échelle logarithmique !

<IMG style="BORDER-RIGHT: 0px; BORDER-TOP: 0px; BORDER-LEFT: 0px; BORDER-BOTTOM: 0px" height=194 alt=image src="http://www.oezratty.net/wordpress/wp-content/image-thumb95.png" width=381 border=0>

Chez Compete qui mesure le trafic à la source chez les opérateurs télécoms, la tendance est meilleure, mais avec juste 40K utilisateurs uniques mensuels (aux US probablement). A peine le niveau d’une startup quelconque du web 2.0.

<IMG style="BORDER-RIGHT: 0px; BORDER-TOP: 0px; BORDER-LEFT: 0px; BORDER-BOTTOM: 0px" height=167 alt=image src="http://www.oezratty.net/wordpress/wp-content/image4-thumb.png" width=381 border=0>

Exalead a également lancé son service Baagz, actuellement en beta - vous trouverez une démo sur le site de Jean-Michel Billaut. Difficile à définir, Baagz est une sorte de réseau social qui permet de créer des pages personnelles en mode “mashup/bureau virtuel” où l’on partage ses “passions” avec des contenus et des pointeurs sur des contenus externes. Il s’appuie sur le moteur de recherche d’Exalead. Baagz permet de retrouver des utilisateurs partageant ses passions. Mais c’est un peu le genre de solution à la recherche de son problème !

Donc, chez Exalead, nous avons en fait trois activités : le moteur de recherche pour entreprise, le moteur pour grand public et le réseau social couplé au moteur de recherche. N’est ce pas un peu trop pour une seule boite ? Une perte de focalisation compte-tenu de ses moyens ? Chez Exalead, on m’a expliqué que le moteur de recherche Internet était presque une sorte de vitrine pour la vente de logiciels d’entreprise. Que ces derniers représentaient bien le coeur de métier de l’éditeur.

Côté investisseurs, Exalead appartient à un groupe d’investissement, Qualis-SCA, qui gère un portefeuille d’une demi-douzaine d’entreprises faisant un total d’environ 1md€ de CA. On y trouve de tout : de la cave à vin (EuroCave), des fixations pour écrans plats (Erard), de la finance et de l’immobilier (Akerys) et un autre éditeur de logiciels, MASA Group, qui modélise les comportements humains pour des applications professionnelles. On peut espérer que cet investisseur saura donner les moyens de son développement à Exalead - pas seulement financiers - car le financement de sa RD ne suffira pas pour le faire décoller comme acteur sérieux de l’Internet.

Dans le pire des cas, son positionnement dans l’entreprise lui permettra de bien se développer. Mais il est encore loin de pouvoir jouer dans la cour des grands sur Internet. Et la participation à Quaero va sûrement alléger son compte d’exploitation, à défaut d’améliorer sa position concurrentielle.

De la recherche au produit et à l’innovation

En France, les élites dirigeantes ont visiblement du mal à comprendre comment fonctionne le chemin qui va de la recherche au produit, du chemin qui va au produit sans passer nécessairement par la recherche, et enfin, du produit à l’innovation, c’est-à-dire, au succès commercial et à grande échelle.

Le système d’aide à l’innovation est très orienté sur la RD, avec une croyance presque religieuse dans l’importance du progrès technique comme facteur de réussite. La formation des décideurs concernés - ingénieurs, chercheurs, X + Corps d’Etat - explique beaucoup ce phénomène. C’est certainement un facteur, mais loin d’être le seul, et particulièrement sur Internet. La dimension temporelle compte beaucoup. Il faut agir vite pour réussir et lorsque les dés sont jetés, le marché se structure rapidement avec des leaders difficiles à déloger sauf lorsqu’ils passent à côté d’une innovation de rupture. Or aucun des concurrents de Google n’a trouvé d’innovation de rupture permettant de rebattre le jeu dans les moteurs de recherche. Aucun site web n’a trouvé un mode de monétisation meilleur que la recherche, même les réseaux sociaux censés permettre de gérer de la publicité très contextualisée !

Dans le cas de Quaero, la puissance publique s’est cependant bien gardée de vouloir créer un meccano industriel puisqu’elle saupoudre ses crédits sur deux dizaines de sociétés et laboratoires, et les laissant libres d’exploiter les travaux résultants. L’Etat a au moins compris, semble-t-il, que l’approche jacobine pilotée par les corps d’Etat n’est pas adaptée aux NTIC. Le colbertisme ne fonctionne pas dans ce secteur, sauf s’il est focalisé sur les intérêts vitaux (comme les super-calculateurs du CEA qui servent à simuler l’arme nucléaire).

On peut faire le parallèle entre Quaero et les efforts récents de Microsoft dans sa course effrenée contre Google Search. Microsoft a investit des milliards de $ dans la RD pour améliorer son moteur (Live Search, dont la page d’accueil est maintenant aussi dépouillée que celle de Google Search) et construire des datacenters de plusieurs centaines de millions de $. Et sans aboutir. Le pire, c’est que sur 2 à 3 ans, Microsoft a même perdu des parts de marché face à Google ! Et pourtant, il y a quelques nouveautés dans le moteur Live. Comme la possibilité de modifier la taille des thumbnails dans la recherche d’image.

Le temps de l’Internet n’est pas celui de la mécanisme bruxello-étatique de distribution de subventions. Quaero a été annoncé il y a trois ans, soit une éternité ! Il remplace maladroitement le capital risque et les business angels. Il ne favorise pas véritablement les entrepreneurs au vu des bénéficiaires (France Telecom, Thomson, les labos). Il aide des chercheurs sans produits et sans modèle économique. Il permet peut-être à quelques centaines de chercheurs de travailler dans des conditions décentes mais très suffisant pour s’attaquer aux entreprises américaines dominantes du secteur.

Dans l’Internet, les succès futurs ne sont pas ceux d’aujourd’hui. Ils ne peuvent pas être bâtis de manière traditionnelle. Ils doivent l’être dans une approche entrepreneuriale laissant la place à plein de tentatives et d’échecs. C’est le cas de toutes les réussites de l’Internet en France, et même de celles qui ont réussi à l’international - au moins en termes d’audience (Kelkoo, Wikio, NetVibes).

Que faire ?

Commençons par appeler un chat un chat : Quaero est un outil de financement de la recherche, pas un outil “industriel”. C’est l’une des pompes à finance des grands groupes, spécialisés dans le sport de collecte de subventions (notamment à l’Europe avec les programmes FP6/FP7). Elle bénéficie au tiers seulement à des PME, et encore, à part une ou deux, il se n’agit pas de “PME innovantes de l’Internet”.

L’Etat serait mieux avisé de réduire ces aides lorsqu’elles concernent de grands groupes profitables, et à fortiori, ceux qui n’ont pas de logique industrielle de création de logiciels ou de services Internet pour des marchés de volume (et au delà de leur chasse gardée de clients captifs comme France Telecom).

Il devrait aider en priorité les startups, et au lieu de simplement les financer, faire en sorte que les grands groupes apprennent à se sourcer chez les startups (combien d’acquisitions ?), promouvoir une culture de l’innovation et dédiaboliser le succès économique. Comme le montre le succès de la Silicon Valley, l’innovation passe notamment par un cercle vertueux de financements qui fait bien circuler l’argent pour l’essentiel privé. Et aux financements publics, il faut préférer la commande publique. Notre marché intérieur est trop timoré par aversion du risque (voir mon précédent post sur la nomination d’Eric Besson). La puissance publique pourrait inverser cela en le dynamisant. Mais il ne faut pas non plus rêver car la relation au risque n’est pas meilleure dans le public que dans les grandes entreprises privées.

Autres éléments de réflexion : la partie des aides publiques qui aide au marketing, à la commercialisation et à l’export pour les PME innovantes est bien trop réduite. Comme le capital d’amorçage est encore trop faible, c’est bien là que l’effort devrait être porté. En attendant que les transformations de l’atmosphère économique et fiscale locale développent le financement privé, atrophié, de l’innovation.

mercredi 23 avril 2008, par Olivier Ezratty
imprimer article  Autres articles de Olivier Ezratty | Mots-clés |

Sur le thème : Moteur de recherche

Lancement de Kuzeo, guide des jeux en ligne le 23 juin 2009:
Kuzeo est un nouveau service créé pour les débutants et les passionnés des jeux d’argent en ligne. Mais la volonté est aussi d’être, pour les pros du marché, un moyen de communication efficace. A (...)

Bing peut-il changer la donne face à Google ? le 15 juin 2009:
Cela fait maintenant plus d’une semaine que Microsoft a lancé son nouveau moteur de recherche Bing.com qui remplace feu Live Search. Avec évidemment beaucoup d’attentes tant de la part des (...)

Comment créer du trafic sur son site Web : le clic de validation le 17 mars 2009:
Le problème de la création de trafic sur un site Internet est bien trop critique et général pour ne pas attirer des acteurs qui vous promettent des milliers de visites par jour pour des sommes (...)

Comment créer du trafic sur son site Web : les liens commerciaux le 12 février 2009:
Je poursuis la série entreprise sur les leviers d’acquisition pour traiter aujourd’hui des liens commerciaux (ou liens sponsorisés ou référencement payant). Il ne faut pas dire grand chose de plus (...)

Au commencement était le Web Analytics le 19 novembre 2008:
Si je devais résumer l’importance que revêt à mes yeux le Web Analytics, je dirais que le Web Analytics est au e-marketing ce que le renseignement est à la guerre. C’est assez dire que si l’on a pas (...)

0 | 5 | 10 | 15 | 20

Réagir à cet article

bouton radio modere priori

Ce forum est modéré à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Un message, un commentaire ?
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

    texte
Qui êtes-vous ?

youvox
Add to Netvibes Subscribe in NewsGator Online
   

http://www.tech.youvox.fr est motorisé par spip 3.0.17 [21515]. Creations sites internet Rizom