Rechercher
Add to Netvibes Subscribe in NewsGator Online      
logo rss
logo youvox
devenez rédacteurs
A la une
A la une

iPhone App Store : analyse d’un succès commercial

Partagez cet article  ›› 
lundi 17 novembre 2008, par Youssef Rahoui
imprimer article 

Depuis son lancement au mois de juin dernier, l’iPhone App Store connaît un succès exceptionnel. Steve Jobs lui-même, surpris dirait-on, semble prudent en évoquant un business à un milliard de dollars.

Si l’ampleur de ce succès n’était guère prévisible, Apple n’a laissé au hasard aucun des éléments qui pouvaient le provoquer.

Tout d’abord, l’iPhone App Store en deux mots. Des programmeurs sont invités à développer des applications que les possesseurs d’iPhone peuvent télécharger via iTunes. Le développeur décide du prix de ses applications, qui peuvent même être gratuites.

Le modèle économique est simple. Les développeurs, après s’être acquittés d’un droit d’entrée auprès d’Apple, perçoivent 70% du revenu des ventes de leurs applications. Les possesseurs d’iPhone payent à l’acte (buy and download).

Comment Apple protège-t-il ce business ? Il y a d’abord l’engagement légal que prend le développeur vis à vis d’Apple. Par là, il ne souscrit pas seulement à un accord de confidentialité : il dégage la firme de Cupertino de toute responsabilité en cas de défaillance du service, accepte qu’elle puisse l’exclure immédiatement et sans motif et enfin lui consent le droit de développer et d’exploiter une application concurrente. Outre la protection juridique, il y a la technique : du kit de programmation à l’iPhone, tout est propriétaire ! Enfin, plus subtilement, Apple influence la pertinence des applications par le droit d’entrée de 99$. Cela freine l’émergence d’applications stériles comme il y en a tant dans Facebook. Et si cela ne suffit pas, il y a toujours le fait du prince

Essayons maintenant de dégager les facteurs clés de ce succès. D’abord, il ne s’est pas construit dans le vide. Apple a repris le modèle iPod + iTunes en l’adaptant à l’iPhone : au lieu d’acquérir des morceaux de musique, l’on acquiert des logiciels. Elle l’a également stimulé en s’associant à un capital-risqueur pour constituer un fond d’investissement de 100 millions de dollars.

De plus, Apple a remarquablement identifié les besoins des acteurs et tissé des liens d’intérêt réciproques. Elle capitalise d’une part sur la passion des possesseurs d’iPhone pour leur terminal polyvalent, d’autre part sur le désir des programmeurs d’être largement distribués, rémunérés ou reconnus.

Ces liens sont ensuite habilement renforcés. C’est ici qu’on retrouve l’excellence ergonomique de la firme. Le possesseur d’un iPhone dispose de plusieurs façons d’accéder à une application qu’il peut l’acheter en un clic. Ce prix, variant le plus souvent de 0,99 à quelques dollars, favorise l’achat d’impulsion. De son côté, le programmeur ne s’occupe que du développement du produit, pour lequel il dispose d’un kit, de ressources et d’un banc de test, et de son prix : Apple prend en charge les deux autres dimensions du mix marketing, promotion et distribution. La facilité d’usage développe l’usage.

L’autre facteur est l’intelligence économique du système. Le rôle de la gratuité est bien défini (comme celui du MP3 pour l’iPod) : développer l’audience et l’usage, de la boutique comme de l’iPhone. Ainsi, côté développeur, cela ouvre la porte à une politique de marque d’ampleur significative. Et la politique de prix "sanctionne" qui ne favorise pas cette dynamique : le droit d’entrée passe à 299$ pour qui refuse d’être distribué dans l’App Store.

Bien sûr, il y a des points noirs comme une politique de sélection et "d’expulsion" d’applications opaque, les écarts de niveau des applications au plan ergonomique ou de récents problèmes de sécurité. Cependant, cela ne freine pas ce succèscommercial.

Car oui, si choquant que cela puisse paraître, la plateforme d’Apple n’est pas gratuite et La Pomme va jusqu’à ponctionner clients comme développeurs. Pire même, elle conserve pendant un mois l’argent dû à ces derniers : jusqu’à mois de besoin en fond de roulement négatif ! Pourquoi se laissent-ils faire ainsi ? Y trouveraient-ils leur compte ?

En vérité, on ne peut qu’admirer comme Steve Jobs accommode de vieilles recettes à la pomme - système propriétaire et fermé, excellence ergonomique et esthétique, hype - au goût du jour : gratuité, plateforme Web, etc.

Articles en relation :

L’industrie du mobile en plein milieu du gué, les cartes changent de mains, analyse des forces en présence

Android contre iPhone

iPhone 3G, Apple revoit sa stratégie, aveux d’échec ?

Apple va-t-il devenir schizophrène ?

Symbian en open source, pas vraiment d’alternative pour Nokia

lundi 17 novembre 2008, par Youssef Rahoui
imprimer article  Autres articles de Youssef Rahoui | Mots-clés |

Sur le thème : Téléphonie mobile

Une firme taiwanaise révèle les secrets d’un écran transparent le 24 janvier 2014:
Un effet de rupture a été vécu par les utilisateurs de téléphone mobile à l’apparition des téléphones mobiles intelligents ou smartphone. Depuis, la part de marché détenue par ce type d’appareils gagne en (...)

Le Forfait Free disponible au Portugal sans surcoût (limité à 35j/an) le 25 avril 2013:
C’est probablement une nouvelle révolution si un opérateur étend ce roaming à d’autres pays... La pression augmente sur les concurrents. Il sera peut être obligé de vendre le châtelain si son cours de (...)

Nouvel HTC One, un smarphone Androïd haut de gamme le 19 février 2013:
Même si HTC n’est pas dans le trio de tête des vendeurs de smartphones en volume, ces réalisations sont souvent de qualité. Ce dernier modèle, nommé HTC One ne devrait pas déroger à la règle car les (...)

Free double les communications sur son forfait de base à 2€ le 6 décembre 2012:
Si certains pensaient que l’offre à 2€ chez Free Mobile n’était pas rentable, l’opérateur semble penser le contraire. Il vient en effet de modifier, à la hausse, son offre. La durée incluse dans le (...)

Shiva Communication lance son laboratoire multi-écrans : Le Shiva Device Lab le 23 octobre 2012:
L’agence digitale Shiva Communication lance le Shiva Device Lab, premier banc de test multi-écrans en France. Elle agrandit ainsi le cercle restreint des agences digitales européennes dotées d’un (...)

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 110

Réagir à cet article

bouton radio modere priori

Ce forum est modéré à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Un message, un commentaire ?
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

    texte
Qui êtes-vous ?

youvox
Add to Netvibes Subscribe in NewsGator Online
   

http://www.tech.youvox.fr est motorisé par spip 3.0.17 [21515]. Creations sites internet Rizom